RDC : ultimatum lancé à Kabila — La Libre Afrique

Les catholiques congolais sont de retour sur le devant de la scène publique en RDC. Ces derniers temps, les mouvements catholiques congolais se faisaient plutôt discrets. Le 30 novembre dernier....

RDC : ultimatum lancé à Kabila — La Libre Afrique

Les catholiques congolais sont de retour sur le devant de la scène publique en RDC.

Ces derniers temps, les mouvements catholiques congolais se faisaient plutôt discrets. Le 30 novembre dernier, lors de la marche lancée par l’opposition et des mouvements de la société civile, les mouvements catholiques avaient prudemment fait un pas de côté.

Une discréion qui a volé en éclats ce samedi 2 décembre en fin de matinée à Kinshasa.

En effet, ce samedi, les représentants du Comité des laïcs de coordination ont rappelé, lors d’un point presse, la prise de position et le constat sans appel des évêques de la Cenco en juin dernier : « Le pays va mal ». Et les laïcs d’aller plus loin en ajoutant que « le seuil du tolérable est dépassé. Le peuple est désemparé ». Ils rappellent encore, dans la foulée, la marche du 16 février 1992, avant de faire référence à l’appel des évêques du 23 juin dernier et de poursuivre par : « les laïces chrétiens réunis au sein du Comité des laïcs de coordination affirment leur ferme volonté de soutenir le processus de mise en oeuvre de l’accord de la Saint-Sylvestre. Dans cette perspective, d’ici au 15 décembre 2017 le Comité des laïcs de coordiation exige une déclaration publique du président de la République qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession, avant d’appeler à la strict application des mesures de décrispation prévue dans l’accord de la Saint-Sylvestre, comme la libération des opposants politiques, la fin de ‘exil des opposants menacés d’arrestation au retour au pays, la  fin du dédoublement des partis politiques,…

Un vrai ultimatum des laïcs qui représentent Approximativement 70% de la population congolaise. Un appel qui, s’il ne devait pas être suivi d’une réponse, pourrait êttre le début d’un nouveau bras de fer entre le pouvoie en place et un mouvement qui dépasse tous les partis politiques.


Source

La déclaration de ce samedi doit être regardée comme un tournant dans la crise politique qui s’enlise en RDCongo.