RDC: La tension monte à Kinshasa à 24 heures de la marche des laïcs catholiques de ce dimanche 21 janvier

le comité laïc maintient la marche à Kinshasa malgré son interdiction

RDC: le comité laïc maintient la marche à Kinshasa malgré son interdiction - RFI

Dans une lettre adressée aux organisateurs, le vice-gouverneur de Kinshasa, Clément Bafiba, avance deux arguments pour justifier son refus d’autoriser la marche. Il estime d’abord que cette nouvelle manifestation risquerait de fausser les résultats de l’enquête ouverte après la marche du 31 décembre, et reproche ensuite aux organisateurs d’avoir « brillé par leur absence » ce vendredi à une réunion de sécurité à l’hôtel de ville où ils avaient été invités pour venir parler de la marche et lui permettre de trancher.

Mais pour Léonie Candolo, la porte-parole du comité laïc, tout cela n’était qu’en fait qu’un piège : non seulement, l’invitation ne leur est parvenue qu’une heure avant la réunion, mais surtout, elle et les autres figures du comité vivent désormais en clandestinité de peur d’être arrêtées. Plusieurs sources évoquent en effet l’existence de mandats d’amener qui seraient lancés contre eux. Et même si aucune autorité ne le confirme officiellement, la prudence est de rigueur.

Pas question en revanche de renoncer à la marche pour autant. Elle est belle et bien maintenue et elle aura lieu car c’est un droit constitutionnel, martelaient hier soir les membres du comité laïc.

Soutien de la communauté islamique

La communauté islamique soutient aussi la légitimité de la marche. Son leader, Sheikh Ali Mwinyi MKuu, a déclaré que les autorités ne pouvaient pas l'interdire : « Vous savez, on ne peut pas interdire [la marche] parce que c’est constitutionnel. Et c’est aux agents de l’ordre de sécuriser la marche pour qu’il n’y ait pas de débordements. Surtout ce que j’ai appris, c’est une marche pacifique. »

Le chef de la police de Kinshasa a promis, lui, de déployer ses hommes dès cinq heures du matin dimanche pour maintenir et au besoin ramener l’ordre avec une consigne, « zéro décès et stricte respect des droits de l’homme ».

Une déclaration qui ne semble pas lever les craintes de la force onusienne sur place, la Monusco : « La mission sera sur le terrain dimanche pour observer les marches pacifiques » ont annoncé ses responsables, et rapporter « d’éventuelles violences et violations des droits de l’homme. »

La #MONUSCO sera sur le terrain dimanche pour observer les marches pacifiques annoncées https://t.co/Q3TMeobSn7 pic.twitter.com/yh9dD1YWeP

 ■ La marche des pro-Tshibala également interdite

La contre-marche organisée le même jour par les partisans du Premier ministre Bruno Tshibala en soutien aux autorités, elle non plus, n’a pas non plus été autorisée pour « éviter des turbulences inutiles », explique le vice-gouverneur. Hier soir, les initiateurs de cette marche parallèle envisageaient de proposer une autre date pour leur manifestation.

SOURCE: RFI Publié le 20-01-2018 Modifié le 20-01-2018 à 07:55